Coaching cosmétique

Vous voulez lancer votre marque ou animer des ateliers cosmétiques. C’est possible !

Apprenez à faire vos cosmétiques vous même en toute liberté, et laissez s'exprimer votre créativité.

Initiez vous au monde de l'industrie cosmétique (technique, réglementation, biologie cutanée, esthétique...) et à celui de l'animation d'ateliers cosmétiques naturelles.

Spécialiste de la formation professionnelle cosmétique naturelle depuis 5 ans! Plus de 300 personnes formées en groupe (maxi 12) ou individuellement (1 to 1) et sur mesure…

Cosmétologue/Consultante Cosmétique et formatrice ma mission est de vous accompagner tout au long de votre projet professionnel et vous aider.

Contactez moi par mail à lacosmeteuse@gmail.com ou pour d’autres informations sur www.ccfc-cosmétique.com

mercredi 17 août 2016

Que faire pour qu'un produit soit légal ? épisode 2

C’est quoi le DIP !?


C'est un dossier, papier ou informatique, dans lequel vont être centralisées toutes les informations concernant la vie du produit.Pour chaque produit mis sur le marché (savon, échantillon gratuit, produit promotionnel..) Cela concerne à la fois les ingrédients utilisés, les packagings, le développement, la fabrication, le conditionnement, et le produit lui même. Il est en permanence actualisé durant la vie du produit, et est conservé 10 ans après le dernier lot mis sur le marché ! C’est vous dire comme il est important.

lacosmeteuse
module création d'entreprise cosmétique

Dans ce dossier DIP, qui se divise en deux parties, doit notamment figurer:

La partie A : Les informations sur la sécurité du produit cosmétique

-   La formule qualitative et quantitative du produit,
-  Les spécifications physico-chimiques et microbiologiques des matières premières et du produit cosmétique,
-  Les données relatives aux tests sur les animaux réalisés par les fournisseurs pour satisfaire aux exigences d’un pays tiers ou effectué au titre de la législation REACH par exemple.
-   Les études de stabilité du produit, et justifications de la durabilité et de la pao,
-   Les informations concernant les matériaux d’emballage,
-   La description des conditions de fabrication, de conditionnement, et de contrôle, conformes aux BPF,
-   Les preuves des effets revendiqués sur le produit par des études (qui ont   nettement  la préférence de l’ANSM en la matière) ou des données.
-   Les éventuels effets indésirables de votre produit sur le consommateur (cosmétovigilance),

La partie B : L’évaluation de la sécurité du produit cosmétique

-   L'évaluation de la sécurité pour la santé humaine du produit fini (établi par l’expert toxicologue).

Règlement cosmétique CE 1223/2009
Extrait de la présentation de formation

Et puis aussi, il faut notifier votre produit sur le portail de la commission européenne (CPNP = Cosmetic Products Notification Portal) avant de le mettre sur le marché cela remplace les déclarations faites aux centres antipoison…

Évidemment tout ceci est assez facile à raconter, mais à faire c'est bien plus complexe qu'il n'y paraît. En effet, mener de front le technique, le réglementaire est déjà énorme, mais c'est sans compter le marketing, la communication, et le commercial, ...
Par expérience (car j'accompagne régulièrement des créations d'entreprises/ lancements de marques pour en savoir plus), il faut se donner un minimum les moyens de le faire :

-   Se former sur les tâches que vous allez accomplir ou faire accomplir par un prestataire (consultant, sous traitant) afin d'être d'égal à égal, sur les axes centraux de votre activité à savoir le technique et le réglementaire.
-  Se faire accompagner par des consultants en cosmétique, et en règlementation sur une courte période. Ils sont là pour vous initier et vous éviter des galères et donc de perdre de l'argent. Voici des exemples qui vont dans ce sens : retard de 6 mois et perte d'argent contractuel par choix d'un sous-traitant incapable d'atteindre ses objectifs, perte d'argent investi et de temps par un contrat trop limitant signé avec un sous traitant, rentabilité réduite à quasi rien par sélection d'ingrédients vendus en trop grande quantité, sélection d'un expert toxicologue négligeant dans la gestion des dossiers de ses clients, surfacturation liée à une absence d'étude de la concurrence, retrait du marché des produits car non conformes à la réglementation, ...
-   Faire jouer la concurrence et la transparence sont deux évidences primordiales.
-   Devant la loi, vous êtes responsables de chaque produit que vous mettez sur le marché


 
Les formateurs et les consultants vous aideront à sélectionner les bons interlocuteurs (expert toxicologue et laboratoires prestataires de service), à construire vos formules intelligemment, car ils maîtrisent toutes les contraintes qui jalonnent ce type de projet. Tout simplement!

Si vous voulez vous former voici les programmes à découvrir ici Création d'entreprise cosmétique. Les dates se trouvent dans la marge de droite.
Si vous voulez être épaulée/coachée c'est par mail : lacosmeteuse@gmail.com


C’est quoi le DIP partie B !?

A suivre dans le prochain post !



Et n'oubliez pas d'être généreuse avec la peau…

Aromatiquement !



Merci à Claude mon experte réglementaire fétiche ! Pour sa relecture bienveillante et généreuse !
Pour plus d’info : claude.bonduconsult@gmail.com