Coaching cosmétique

Vous voulez lancer votre marque ou animer des ateliers cosmétiques. C’est possible !

Apprenez à faire vos cosmétiques vous même en toute liberté, et laissez s'exprimer votre créativité.

Initiez vous au monde de l'industrie cosmétique (technique, réglementation, biologie cutanée, esthétique...) et à celui de l'animation d'ateliers cosmétiques naturelles.

Spécialiste de la formation professionnelle cosmétique naturelle depuis plus de 7 ans! Plus de 500 personnes formées en groupe (maxi 12) ou individuellement (1 to 1) et sur mesure…

Cosmétologue/Consultante Cosmétique et formatrice ma mission est de vous accompagner tout au long de votre projet professionnel et vous aider.

Contactez moi par mail à lacosmeteuse@gmail.com ou pour d’autres informations sur www.ccfc-cosmétique.com

samedi 20 février 2016

Vive la mousse 3

Dans les posts "Vive la mousse 1 & 2", j'ai expliqué comment faire de la mousse et à quoi ça sert et dessert la mousse...


La mousse est fabriquée par introduction d'un gaz (air) dans un liquide. Que ce soit une émulsion, des corps gras fondus, des solutions... peu importe le type de produit.

La Cosméteuse
Exemple : émulsions aérées/bullées/mousseuses         
Pour favoriser l'apparition de la mousse (appelé foisonnement  et la stabiliser, on joue sur les ingrédients tels que les tensioactifs (plus spécialement les anioniques), les gélifiants (macromolécules ou polymères), les cires (corps gras solides) selon le type de formule qui est développée.
    
Ça sert à RIEN...! Comment ça? Sauf : 
-   pour le plaisir du contact sensoriel. Ça facilite l'étalement par son moelleux et fondant à l'application et ça allège le toucher...
-    Que c'est ludique et régressif enfantin. Qui n'a jamais joué avec son shampooing, gel douche...? me jette de la mousse direct ds l'œil!!!
-    Que ça permet de localiser la zone sur laquelle a été utilisé le produit, ce qui est bien pratique.



Pour plus d'infos :  Vive la mousse 1 Vive la mousse 2

Ç'est quoi alors le problème ?

    -    L'oxydation  va abîmer le produit et la peau qui reçoit le produit... L'un change d'odeur, de couleur et même de texture et l'autre use son capital réparation et vieillie prématurément. Dans les deux cas l'inverse de ce qu'on veut pour eux!!!

    -    Ça favorise la contamination du produit par les micro-organismes qui le détruisent et qui risquent de vous contaminer ou de vous irriter par la libération de toxines...Sympa non?







Sympa non?    NON !!! Mais c'est si joli... Snif...

La Cosméteuse
Emulsion aérée vu du dehors et du dedans : c''est une mousse


Pour éviter cela il faut :
-    Bien sélectionner ses ingrédients, en connaissance de cause, au départ.
-    Utiliser les bons outils de fabrication.
- Stocker le produit au frais (frigo).
- Utiliser rapidement le produit (1 à 3 mois maxi selon le type de formule)
-    Mettre un antioxydant dans la formule.
-    Mettre un conservateur s'il y a de l'eau ds le produit ici.

C'est simple et efficace, une fois qu'on a bien tout compris, on évite et on protège... Finalement!
Par contre qd vous utilisez un antioxydant et un conservateur la juste dose suffit. Ni trop peu ni trop tout court!!! Car ds un cas comme ds l'autre ce ne serait ni bon pour le produit et encore moins pour la peau!!!!!
Mais ça c'est une autre histoire !!!!!

Et j'espère que mon leitmotiv n'aura jamais eu autant de sens à votre peau, que maintenant!

Soyez généreux avec votre peau!!!

Aromatiquement...

Merci à karine T Pour sa relecture :)


Vive la mousse 2

Dans le post Vive la mousse, j'expliquais comment faire de la mousse.
La mousse c'est sympa!.... Enfin c'est ce qu'on croit. C'est vrai tout le monde aime la mousse, c'est aérien, craquant, pétillant et parfois même crémeux...

Pour résumé :
-    Par introduction d'un gaz (air) dans un liquide. Et donc plus l'agitation est forte, et selon le type de mélangeurs utilisés (ressort ou fouet), plus c'est facile. 
-    Pour favoriser l'apparition de la mousse (appelé foisonnement) et la stabiliser, on joue sur les ingrédients tels que les tensioactifs (plus spécialement les anioniques ), les gélifiants (macromolécules ou polymères), les cires (corps gras solides) selon le type de formule qui est développée.

Vive la Mousse! La cosméteuse



Mais à quoi ça sert où ça dessert, la mousse en cosmétique?

A RIEN...! Et bam! Comment ça? Ça ne sert à rien! Je répète pour la peau et pour le produit c'est inutile mais je peux tout de même y accorder trois avantages :
 1) Le plaisir du contact sensoriel, en effet une mousse c'est "cocooning". Ça facilite l'étalement par son moelleux et fondant à l'application et ça allège le toucher ce qui est l'intérêt des chantilly de beurre...
2)  C'est ludique et régressif enfantin. Qui n'a jamais joué avec son shampooing, gel douche...? me jette de la mousse direct dans l'œil!!!
3) Mais aussi, ça permet de localiser la zone sur laquelle a été utilisé le produit, ce qui est bien pratique.

Et donc, dans la balance du bien et du mal pour la peau et le produit, les inconvénients que peut nous apporter un produit "mousseux" sont bien plus lourds que les avantages cités précédemment.

Mettre de l'air dans un produit c'est mettre en réalité de l'oxygène. Et l'oxygène dans son paradoxe est à la fois notre meilleur ami et notre pire ennemi. On respire et donc, on vit grâce à lui. C'est notre comburant cellulaire. Biologiquement, il est vital car il permet à tout un tas de réactions chimiques de se faire. Mais toutes les réactions chimiques à laquelle il participe, sont en réalité des oxydations. Et c'est là! Que ça coince... Tant pour la peau que pour les produits cosmétiques... Dans les deux cas ils sont bâtis, structurés avec des molécules plus ou moins riches en doubles liaisons (en insaturations voir même poly-insaturations) comme les substances lipophiles  (triglycérides d'acides gras insaturés, chaînes de lipides w3 w6, phospholipides, AGPI, phospholipides, céramides, terpènes ...) ou comme de nombreuses molécules hydrophiles ( acides aminés, protéines, polyphénols, colorant...).

Et le soucis, c'est que ces insaturations sont la cible de l'oxygène. Les substances/molécules d'origine sont donc altérées voir même détruites et laissent place à d'autres molécules qui sont néfastes pour le produit et la peau. L'un change d'odeur, de couleur et même de texture et l'autre use son capital réparation et vieillie prématurément. Dans les deux cas c'est l'inverse de ce que l'on veut pour eux!!!!
L'autre soucis, et non des moindre, c'est que l'oxygène emprisonné dans le produit sous forme de bulles forment de nombreux réservoirs respiratoire pour les germes, des sortes de bouteilles d'oxygène qui vont favoriser leur développement!

Donc si vous avez bien tout compris plus il y a d'air plus le produit s'oxyde et la peau aussi, et plus les microbes vont aussi attaquer le produit et notre peau!!!

Que dire d'autre? Normalement la preuve par 9 vient d'être faite. Selon les produits que vous formulez, pesez toujours le pour et le contre sur l'introduction d'air, la présence de bulles, de mousse.... Car grâce à elle(s) où plutôt à cause d'elle (s) le remède sera pire que le mal..... À quoi bon se mettre quelque chose sur la peau, au final?!
Pour éviter d'en arriver à cette extrémité, il suffit : de ne pas faire mousser inutilement vos émulsions et beurre.

Mais alors comment éviter tout ça ?
Alors pour être honnête tout de suite, c'est assez simple il suffit...


A suivre :  "Vive la mousse 3"… 

Soyez généreux avec votre peau!!!

Aromatiquement...


Vive la mousse 1


La mousse c'est sympa!.... Enfin c'est ce que l',on croit. C'est vrai tout le monde aime la mousse, c'est aérien, craquant, pétillant et parfois même crémeux... Mais ça marche comment et ça sert à quoi?

Du point de vu de la physico-chimie, la mousse est la dispersion (comprendre mélange impossible) entre un gaz et un liquide. Les deux substances étant sous des formes physiques et de nature chimique différentes, elles se mettent l'une dans l'autre lors du mélange par agitation. Le gaz se fait enfermer/ englober dans le liquide et plus l'agitation est vive plus il y aura de mousse...
Et, si elle est de plus en plus volumineuse ou dense c'est parce que la quantité ou la forme des bulles qui la constitue varie. Mais oui! Bien-sûr. La mousse ce n'est rien d'autre qu'un tas de bulles collées les unes aux autres.

La Cosméteuse
Vive la mousse! La Cosméteuse


Mais comment une substance qui normalement est liquide arrive à former une paroi autour du gaz? En se rigidifiant, tout bonnement. C'est simple, il suffisait d'y réfléchir. 
La rigidification est obtenue de 4 façons en cosmétique, que l'on peut cumuler pour plus d'efficacité ou par plaisir :

1) En utilisant un TA (tensioactif) anionique. Leur spécialité c'est la mousse d'ailleurs! Voici un petit tableau qui présente leur capacité à mousser en fonction de la longueur de la chaîne, de la nature de la tête polaire (cf post les ta ici ), et du type de contre ion.
- Plus la chaîne grasse est courte plus il mousse.
- Moins la tête est volumineuse plus il mousse
- Plus le contre ion est petit plus il mousse.

Corrélation entre Propriétés des TA anioniques et molécules
par La Cosméteuse

-
T
 +

R
Sel
FONCTION

O

M
C12
Na+
Sulfonate

L

O

K+
Sulfate

E

U
C14
NH4+
Ether sulfate

R

S

MEA
Ether sulfonate

A

S

DEA
Amide Ether sulfate

N

E

TEA
Acylats

C
 -

C16
Mg
Acylats
 +
E








Mais les autres tensioactifs le font aussi mais moins facilement... Une émulsion peut mousser lors de la fabrication, un produit détergent moussera lors de l'utilisation.


2) En utilisant un gélifiant ( macromolécule ou polymère)... Et bim!  "Of course", puisque leur but c'est de solidifier/épaissir le liquide dans lequel il est utilisé. Il bloque les bulles à l'intérieur du liquide qui ont du mal à s'évaporer/bouger et donc restent enfermées en s'agglutinant les unes aux autres jusqu'à former une mousse. En cuisine on appelle ça les blancs en neige. En cosmétologie, on l'évite! Lire le post Vive la mousse 2...


3) En utilisant un corps gras solide appelé aussi cire... C'est-à-dire avec une température de fusion > à 50°C. Et là lors du refroidissement tout en maintenant l'agitation, comme précédemment on emprisonne les bulles de la mousse. En cosmétique maison DIY, on appelle ça une chantilly de Karité.

4) En utilisant l'énergie mécanique... Cette fois ci,  et non pas une stratégie chimique! Pour être concrète les mélangeurs de type "ressort ou fouet" sont fait pour ça! Proportionnellement, le volume de produit fabriqué associé à la puissance d'agitation va créer un cône d'introduction d'air (appelé vortex) plus ou moins grand. Parallèlement, le produit va chanter le "glougloutement" de l'entrée d'air !!!!

La Cosméteuse
Mousseur


Donc si vous avez bien tout compris : plus on agite et plus c'est épais plus la mousse se fait et reste!!!!

Mais à quoi ça sert ou ça dessert la mousse en cosmétique ?
Alors pour être honnête tout de suite, ça sert à rien si on se met du côté du produit tant ds son efficacité que sa stabilité cf post stabilité! Par contre si on apprécie la sensorialité de la texture ça peut être intéressant...

A suivre : "Vive la Mousse 2"...

Soyez généreux avec votre peau!!!

Aromatiquement...