Coaching cosmétique

Vous voulez lancer votre marque ou animer des ateliers cosmétiques. C’est possible !

Apprenez à faire vos cosmétiques vous même en toute liberté, et laissez s'exprimer votre créativité.

Initiez vous au monde de l'industrie cosmétique (technique, réglementation, biologie cutanée, esthétique...) et à celui de l'animation d'ateliers cosmétiques naturelles.

Spécialiste de la formation professionnelle cosmétique naturelle depuis plus de 7 ans! Plus de 500 personnes formées en groupe (maxi 12) ou individuellement (1 to 1) et sur mesure…

Cosmétologue/Consultante Cosmétique et formatrice ma mission est de vous accompagner tout au long de votre projet professionnel et vous aider.

Contactez moi par mail à lacosmeteuse@gmail.com ou pour d’autres informations sur www.ccfc-cosmétique.com

vendredi 18 octobre 2013

Choisir son matériel

AHHHHHH!

Vaste sujet que le choix de son matériel de fabrication!!!
ET pourtant c'est si simple de faire les bons choix!!! et peu cher en investissement, finalement...

OUFFFFFFF!


Alors il suffit d'avoir :

- une balance à un ou deux chiffre après la virgule : 18,00€ ou dans votre placard de cuisine
- deux bechers  en verre*  de 150 ml : 12,00€
- deux spatules en inox ou couteaux à bout rond : 20,00€ ou dans son tiroir de cuisine
- un thermomètre digital : 10,00€
- une maryse miniature ( raclette/spatule souple) : 2,00€
- cinq pipettes souples jetables (mais lavable) ou seringue ou à piston : 1,00€
- un moteur agitateur/émulsionneur rond avec le mobile dit défloculeuse : 5,00€
- un fouet miniature : 3,00€ ou dans son tiroir de cuisine une cuillère à miel
- une paire de lunettes : 5,00€ ou dans son placard de bricolage
- une paire de gant jetable par lot de 10 : 1,50€ ou dans son placard de bricolage
- un tablier de cuisine : 8,00€ ou dans son placard de cuisine
- une casserole : dans son placard de cuisine
- un bol en verre pyrex : dans son placard de cuisine
- une boite de bandelette de papier pH par 10 : 18,00€
- une plaque chauffante électrique : ou sa cuisinière!

* il est possible trouver des bechers en plastique moins cher, plus légers, pas cassables lors de transport ou par des doigts maladroits. Mais en plastique...

Donc en résumé vous allez investir  en GROS : 30-60,00€!!!  pour un poids de 300 à 400g.

Alors oubliez :

- les machines à 200,00€ qui ne servent qu'à vous piquer votre argent, bruler vos ingrédients car il n'y a pas de réglage de température possible hormis froids et 80°C, et polluer vos préparation avec un vernis synthétique qui tapisse la cuve en aluminium...
- les cassolettes/bol chauffant à 12,00€ qui ne chauffent pas terribles...
- les bols en inox au même prix que les bechers en verre mais qui nécessitent l'achat d'une poignée...
- et les inutiles : goupillons, entonnoirs, éprouvettes ...

Et pourquoi ? :

- Parce qu'une recette se pèse : pour pouvoir la reproduire le plus possible à l'identique surtout lors de leur utilisation en atelier de cosmétique. Une différence de quantité d'ingrédient peut être source de loupé ou d'intolérance cutanée... elle se pèse aussi car en général c'est un mélange d'ingrédients liquides, pâteux et solides donc c'est le plus simple de tout peser plutôt que mesurer des volumes  pour les liquides et peser les solides , puis transvaser les liquides dans le becher des solides, et au final laisser du liquide dans l'éprouvette et donc avoir des "pertes d'ingrédients". (Revoir le post pourquoi peser ses ingrédients? de Mai 2013).

- Parce que la démultiplications des outils et la "perte d'ingrédient" fait consommer plus.
- Parce que lorsqu'il y a chauffe d'une phase il faut contrôler la température  et la minimiser en l'adaptant à la formule, afin de ne pas oxyder (bruler) les matières premières qui pour certaines (tous les corps gras végétaux ou presque) y sont extrêmement sensibles. Il faut donc un thermomètre.
- pour faire du vrai BIEN à la peau et pas croire qu'on en fait!!!

Alors qu'attendons nous pour faire des économies??? et correctement nos produits??? 

RIEN, tiens j'y retourne... 

AROMATIQUEMENT!

jeudi 10 octobre 2013

L'enfleurage





C’est un procédés très ancien et artisanal (quasiment plus pratiqué actuellement), très coûteux car tout est manuel. Il est réservé aux fleurs très fragiles (jasmin, tubéreuse).
Il est fondé sur l'attirance des molécules odorantes des parfums de plantes pour les corps gras. 
Les fleurs fraîchement cueillies sont déposées sur un plateau recouvert d’une couche de graisse (mélange de suif et d’axonge historiquement, plus maintenant) . La substance odorante de la fleur imprègne la graisse. Les fleurs sont régulièrement tournées et renouvelées une à une. On obtient une pommade qui est fondue puis ensuite traitée à l’alcool (cf ci-dessus) pour obtenir une absolue dite d'échassis ou d'enfleurage. Car il existe aussi des absolues obtenues cette fois ci par extraction aux solvants volatils (berk!!!)


Bref! Regardons la vidéo, il montre tout ça super bien!


Aromatiquement...